Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Grand Cormoran

C'est un excellent plongeur mais sa combinaison n'est pas étanche.

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
Observer

Recevez chez vous le Guide Ornitho et soutenez notre association

Pour 33,99 euros port compris, recevez chez vous le Guide Ornitho de Peter J. Grant, Killian Mullarney, Lars Svensson, Dan Zetterstom, aux éditions Delachaux et Niestlé, le guide d'identification de référence, conseillé par le Corif. Vous soutiendrez ainsi financièrement notre association.

> Télécharger le bon de commande

Partenaire
des activités du Corif

Noter ses observations

Observer utile : fiches d'observation, d'homologation...

Participer à des études

L'Observatoire régional
des oiseaux communs

L'Atlas national des oiseaux nicheurs

L'Atlas des oiseaux nicheurs du Grand Paris

Les faucons crécerelles de Paris

L'Enquête moineaux Corif/LPO

L'Enquête Moineau friquet

Et d'autres encore... Renseignez-vous.

Où observer les oiseaux

Les principaux sites
d'Ile-de-France

Balades et observations
dans la région
de Rambouillet

Le Groupe Local Rambouillet du Corif a préparé des parcours qui vous permettront d'associer balades et observations naturalistes. Observations que vous n'oublirez pas, bien sûr, de lui transmettre !

Voici quatre parcours...

La galerie des espèces
du mois

Toutes les espèces présentées mois par mois sur le site du Corif

Soutenez le Corif et participez à ses actions
pour défendre la nature en Ile-de-France

Adhérez au Corif pour partager vos connaissances
et émotions naturalistes et agir pour la protection
des oiseaux et des milieux qui les accueillent.
 
Vous pouvez adhérer par courrier ou en ligne.
> Pour adhérer, cliquez ici.
Enquête moineaux corif / LPO

Important déclin
du Moineau domestique
à Paris

Depuis 2003, le Centre ornithologique Île-de-France et la LPO Île-de-France étudient l’évolution de la population de moineaux domestique à Paris.

Quatorze vagues d’observations sur près de 200 points montrent que trois moineaux sur quatre ont disparu du paysage parisien en treize ans.

Avec un retard d'une bonne décennie, les moineaux parisiens subissent le même sort que leurs congénères des autres grandes villes européennes.

Résultat brut

Le déclin est très important : trois moineaux sur quatre ont disparu du paysage parisien en treize ans.
La baisse des effectifs est de 73% en 13 ans (14 comptages). Cela correspond à une baisse de 10% des effectifs chaque année.
Avec un retard d'une bonne décennie, les moineaux parisiens subissent le même sort que leurs congénères des autres grandes villes européennes.

 

> Télécharger le dossier de presse

Mammalogie

SFEPM : colloque 2017

Le 39e Colloque Francophone de Mammalogie aura lieu les samedi 14 et dimanche 15 octobre 2017 à l'Ecole Nationale Vétérinaire d'Alfort. Il est organisé par Faun'Alfort Junior et la SFEPM.

La SFEPM est la Société française pour l'étude et la protection des mammifères.

Comme tous les êtres vivants, les mammifères hébergent de nombreux microorganismes, le microbiote, indispensables à la vie mais capables parfois d’entrainer des situations pathologiques.

Vivre dans la biodiversité

Comment prendre en compte cette biodiversité autrement que de manière négative ? Les exemples et les réflexions présentés lors de ce colloque devraient permettre de faire émerger une nouvelle manière de vivre ensemble.

Programme et inscription : www.sfepm.org

Pour tous renseignements complémentaires, contactez le 02 48 70 40 03 ou contact@sfepm.org ou camille.legouil@sfepm.org

Etudiants en école vétérinaire : les inscriptions se font auprès de Faune'Alfort Junior faunalfortjr@gmail.com

Attention : pour des raisons de sécurité, nous devons impérativement disposer de vos noms et prénoms afin de vous permettre l'entrée sur le site le jour-même.

Ecole Nationale Vétérinaire d'Alfort : amphithéâtre Bourgelat, 7, avenue du Général-de-Gaulle, 94700 Maisons-Alfort.

Le Corif recrute

Animateur(trice) nature

Le CORIF recrute au sein de son équipe salariée un(e) animateur(trice) nature, pour un CDD en CAE de 12 mois à temps plein à partir du 20 novembre 2017.

> Télécharger la fiche de renseignements

Conseil d’état

Annulation partielle
de classement d’espèces nuisibles

 

France Nature Environnement* et Humanité et Biodiversité ont obtenu, suite à un recours, qu’une quinzaine de classements départementaux en espèces nuisibles pris en 2015 soient annulés par le Conseil d’état, concernant la pie, la fouine, la corneille et la belette.

« Nuisible » : une notion incompatible avec la réalité des écosystèmes

Les deux associations se félicitent de cette décision, qui sanctionne des classements abusifs. Le concept de « nuisible » n’a pas de sens en biologie, car toutes ces espèces jouent un rôle utile dans les écosystèmes (notamment la destruction des rongeurs). Le terme « nuisible » a d’ailleurs été remplacé en 2016 par « animaux susceptibles d’occasionner des dégâts ».

Afin de mettre un terme aux destructions injustifiées de dizaines de milliers d’animaux sauvages chaque année, les deux associations poursuivront leurs actions de plaidoyer auprès du Ministère de l’écologie.

Le Corif actif aussi

Le Corif, pour sa part, mène au niveau régional de nombreuses actions en justice pour faire annuler des arrêtés préfectoraux autorisant des destructions de corneilles, par exemple. Certaines de ces actions ont été couronnées de succès.

* France Nature Environnement (FNE) regroupe 3500 associations de protection de la nature, dont le Corif.

Nuisible, mon amour !

Un grand merci

Le Corif s'est lancé dans une campagne de financement participatif, et c'est un succès.

Les actions en justice constituent une part importante de l'activité du Corif pour la protection de la nature, et ces actions sont souvent couronnées de succès.

Mais elles ont un coût. Et elles ne sont financées ni par des subventions, ni par les maigres dommages que les tribunaux nous accordent parfois.

Des destructions injustifiées

Le Grand cormoran, le Renard roux, la Martre, la Pie bavarde, en outre, sont victimes de destructions totalement injustifiées. Les prétendus dégâts qu'elles causent sont souvent minimes et peuvent dans la plupart des cas être évités si l'on prend des précautions. D'autre part, la destruction d'individus de ces espèces s'avère totalement inefficace en regard des buts recherchés.

C'est pourquoi le Corif est particulièrement attentif à leur sort.

Financer nos actions

Pour continuer à pouvoir les défendre, notre association a pour la première fois lancé une campagne de financement participatif, qui s'est terminée le 31 mars, sur le site helloasso. Cette campagne avait comme objectif initial de recueillir 5000 €.

Cette somme ayant été recueillie avant la fin de la campagne, nous avons fait le pari de relever l'objectif à 7000 €. Pari gagné grâce à la mobilisation de nombreux contributeurs puisque la somme finalement atteinte est de 7189 €.

Un grand merci

Les dons, parfois importants, proviennent d'adhérents de notre association, bien sûr, mais des contributions sont arrivées de toute la France et même, pour l'une d'entre elles, des États-Unis.

Merci à tous ceux, préoccupés par les atteintes faites à la biodiversité, d'avoir ainsi soutenu les actions juridiques du Corif pour la protection de la nature contre des initiatives aussi injustifiées que vaines.

Comme il se pratique dans les campagnes de financement participatif, les contributeurs ont reçu (ou recevront pour les dons les plus récents) les contreparties promises et qu'ils ont choisies.

Végétation urbaine

Recenser les mauvais traitements

Dans Paris, les parcs municipaux ou privés, les jardins d'immeubles, les voies aménagées avec des arbres ou des arbustes sont autant d'habitats pour un grand nombre d'espèces d'insectes, d'oiseaux, voire de mammifères. Les roselières sont également des habitats précieux pour certaines espèces d'oiseaux qui s'y protègent ou y nichent. Préserver cette végétation est donc d'une grande importance pour le développement de la biodiversité urbaine.

Mauvais traitements

Mais, malheureusement, la végétation en milieu urbain n'est pas toujours bien traitée.

Le Corif vous demande donc de témoigner si vous avez constaté des cas d'élimination de buissons ou de lierre, des tailles d'arbres au printemps, des faucardages complets de roselières (photo ci-dessus), ou tout autre cas similaire.

Transmettez vos témoignages

Vous pouvez saisir vos témoignages et déposer des photos directement sur ce site.

> En savoir plus

> Déposer un témoignage

Une nouvelle publication du COrif

L'Atlas des oiseaux
nicheurs
d'Île-de-France
est paru

Ce sont pas moins de 167 espèces d’oiseaux qui ont été trouvées nicheuses en Île-de-France entre 2009 et 2014.

Un état de la biodiversité francilienne

Certaines sont en déclin, comme les espèces spécialistes des milieux agricoles, victimes de l’uniformisation de nos campagnes.

D’autres espèces sont dans une dynamique positive, comme certains Ardéidés (Aigrette garzette, Héron gardeboeufs) ou certains rapaces, dont l’emblématique Faucon pèlerin qui niche maintenant dans Paris à deux pas de la Tour Eiffel !
Cet atlas intéressera évidemment les ornithologues, franciliens ou non. Il attirera aussi l’amateur de nature qui veut pouvoir découvrir les richesses ornithologiques de sa région.

Une réalisation associative

Il est le fruit des contributions bénévoles d'une centaine d'observateurs, de rédacteurs, de photographes qui ont mis leur énergie et leur savoir faire au service d'une meilleure connaissance de la biodiversité en Île-de-France.
Leur travail a été coordonné par le Corif.

Pour chaque espèce, l’atlas présente la carte de répartition et l’effectif estimé, ainsi qu’un résumé du milieu occupé, du calendrier de reproduction, de l’évolution des effectifs et des principales mesures de conservation.

204 pages 21 x 29,7 cm.

> Télécharger le bon de commande

Dynamique associative

Les Corifiens s'engagent

Les six cents adhérents du Corif s'impliquent pour la connaissance et la protection de la nature au travers, principalement (mais pas seulement), de l'observation des oiseaux.

Mais pourquoi les oiseaux ?

Découvrez leurs témoignages dans la première vidéo ci-dessous. Vous ne serez pas étonnés ensuite qu'ils participent nombreux à l'assemblée générale de leur association, comme le montre la deuxième vidéo.

Pour plus de confort, activez le mode plein écran (bouton en bas à droite du lecteur de la vidéo en cours de lecture).

Le Corif en actions

Notre rapport d'activités 2016 :  mieux connaître le Corif

Rédigé par les salariés et des adhérents du Corif, réalisé par d'autres adhérents, notre Rapport d'activités valorise les actions menées par notre association en faveur de la protection de la nature, dans le domaine des études, des préconisations, de la sensibilisation des adultes et des enfants.

Ensemble, plus et mieux pour la nature

Il est, bien sûr, destiné à tous les corifiens pour qu'ils prennent la mesure de ce que nous faisons ensemble, pour nous donner envie de faire plus et mieux. La nature en a besoin.

Il est également destiné à nos partenaires, ceux qui peuvent le devenir ou, malheureusement, ceux qui ne veulent plus l'être, pour qu'ils prennent conscience de l'importance du Corif, et des associations en général, pour la protection de la biodiversité.

L'affaire de tous

Nous espérons que tous lui prêteront l'attention qu'il mérite à un moment où des collectivités ont la tentation de retirer leur soutien à l'action des associations et de leurs adhérents, qui se mobilisent pourtant pour lutter pour leur conviction : la nature doit être protégée, c'est l'affaire de tous.

Téléchargez le Rapport d'activités du Corif, n'hésitez pas à le faire connaître autour de vous. Si vous avez un contact avec une collectivité publique, une entreprise ou un organisme qui pourrait nous soutenir, n'hésitez pas à lui parler de ce rapport. Nous avons imprimé quelques exemplaires supplémentaires et, surtout, il est téléchargeable grâce au lien ci-dessous.

> Télécharger le rapport d'activités

Un vrai succès d'édition...

Un guide ornitho
pour débutants

La commission Education à la nature du Corif a réalisé un guide d'identification des oiseaux d'Île-de-France à l'attention des débutants en ornithologie et principalement des enfants. Le succès de ce guide ne se dément pas !

Des textes simples, des illustrations, des photos...

120 pages et 89 des espèces les plus visibles dans notre région sont illustrées d'aquarelles et photos avec des textes simples qui seront bien utiles pour les animations ou pour partager votre passion des oiseaux avec vos enfants, petits-enfants ou vos amis débutants. Le tout pour 9 € seulement !
La parution de ce guide a été rendue possible par le travail et l'implication des membres du Corif (adhérents et permanents) qui participent à la commission pédagogique, par la large participation de tous ceux qui ont contribué à la souscription lancée par le Corif pour financer le projet, et par le soutien de la Fondation Nature & Découvertes (nous les remercions tous).

Le commander au Corif

> Télécharger le bon de commande

Financement participatif

Les premières contreparties expédiées

Pour remercier les donateurs de leur soutien à la campagne de financement participatif lancée par le Corif sur le site helloasso pour soutenir ses actions juridiques pour la protection des "nuisibles" (voir ci-dessus), l'équipe "Etudes et protection de la nature" du Corif a expédié les premières contreparties pour remercier les donateurs.

Autocollants, cartes postales, magnets, photos, livres, etc., viendront marquer la reconnaissance de notre association envers ceux et celles qui nous auront aidé à financer les actions juridiques que nous menons pour la défense des espèces injustement classées "nuisibles". Ces contreparties seront aussi, pour les donateurs, la marque de leur engagement.

 

VOUS POUVEZ AGIR

Alerte bromadiolone !

La bromadiolone est un anticoagulant utilisé dans le cadre du plan d’action régional contre les campagnols. Les appâts seront enterrés mais les risques pour la faune non cible sont présents.

L'utilisation de la bromadiolone est autorisée en Ile-de-France entre le 1er septembre et le 31 mars via un formulaire de déclaration qui doit être affiché en mairie.

Depuis le 1er septembre dernier, des autorisations de traitement ont été accordées à plusieurs reprises en Île-de-France. Les associations, dont le Corif, la LPO, NaturEssonne et l'ANVL sont extrêmement vigilantes sur le respect de la réglementation concernant ces traitements, à défaut d'une préférable interdiction.

27/1/2017

Une autorisation de traitement à la bromadiolone vient d’être accordée dans le Val-d’Oise à Berville. Le traitement aura lieu du 26 janvier au 26 février.

27/1/2017

La procédure n'est pas respectée !

Le Corif est membre du CDCFS de la Seine-et-Marne et à ce titre doit être prévenu des traitements autorisés.
Suite à une intervention de notre directrice, nous venons d'apprendre, incidemment, que dix traitements ont été autorisés sans que nous n'en soyons avertis.

27/1/2017

De nouveaux traitements non annoncés

Ces traitements concernent les communes de Burcy, Obsonville, Chevrainvilliers, Aufferville, Ichy et Saint-Pierre-les-Nemours.

Le Corif est extrêmement choqué par ce non respect des procédures et envisage maintenant des actions pour le faire savoir.

28/1/2017

Dans le Val-d'Oise

Deux autres autorisations de traitements sont encore en cours dans le Val-d’Oise à Charmont et à Guenainville du 9 janvier au 9 février.
 

8/2/2017

En Seine-et-Marne

Autorisation de traitement dans la commune de Léchelle du 13 février au 13 mars.
 

La bromadiolone est utilisée dans le cadre du plan d’action régionale contre les campagnols. Les appâts seront enterrés mais les risques pour la faune non cible sont présents.

Ces traitements doivent être annoncés dans les mairies des communes concernées, en respectant certaines règles. Ce qui n'est pas toujours le cas pour l’instant, des courriers de rappel ont été envoyés aux communes concernées. Dans tous ces cas, les associations de protection de la nature ont déposé des recours gracieux auprès de la Direction régionale et interdépartementale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRIAAF) qui contrôle ces traitements par l'intermédiaire de la FREDON Île-de-France. Nous avons en outre demandé la production des documents attestant que les conditions requises pour le déclenchement des traitements sont bien réunies.

Faites des photos

Ainsi nous vous demandons la plus grande vigilance lors de vos observations sur ces communes. Si vous trouvez des animaux morts, pendant la période de traitement indiquée et dans les deux semaines suivantes, merci de faire des photos, avec des gros plans de la tête, et de nous les envoyer (corif@corif.net et/ou ile-de-france@lpo.fr) et de saisir vos données le plus précisément possible quant à la localisation sur le site Faune-Ile-de-France.

Surtout ne touchez pas les cadavres

Merci de contacter le réseau SAGIR pour récupérer les cadavres en vue d’analyses :

  • En Seine-et-Marne :  ONCFS : 01 64 00 66 40 et FDC77 : 01 64 14 40 20
  • En Essonne et dans le Val-d’Oise : ONCFS : 01 30 41 74 94 et FICIF : 01 55 60 18 70
  • Dans les Yvelines : ONCFS : 01 30 41 74 94 et FICIF : 01 34 85 33 00.
  • Pour toutes demandes de précisions, n’hésitez pas à nous contacter (CORIF : 01 48 60 13 00, LPO : 01 53 58 58 38).

Surveillez l'affichage dans les mairies

Si vous habitez dans des communes (ou à leur proximité) dans lesquelles des traitements à la bromadiolone sont susceptibles d'être menés, rendez-vous à la mairie pour vérifier que ces traitements sont bien annoncés (ils doivent l'être au moins deux jours avant leur début). Faites une photo de l'avis de traitement et faites-nous la parvenir (corif@corif.net et/ou ile-de-france@lpo.fr).

Pour pouvoir intervenir à temps, suivez aussi les annonces de traitement qui sont faites sur ce site et sur Faune-Ile-de-France.

Merci à tous pour votre aide.

> Saisir ses observations sur Faune-Ile-de-France

Relations Collectivités publiques / Associations

La solution gagnant/gagnant

Depuis quelques années, dans un louable souci de transparence, de nombreuses collectivités publiques substituent le code des marchés publics aux partenariats. Mais cette procédure ne permet pas vraiment d'atteindre le but recherché. De plus, elle est mal adaptée à la culture et aux pratiques associatives et modifie considérablement les relations entre associations et pouvoirs publics. De partenaires, les associations deviennent prestataires.

La subvention est maintenant recommandée

Soucieux d'entretenir avec ses partenaires des relations harmonieuses, constructives et pérennes, le Corif a rédigé un document pour convaincre les décideurs de choisir les conventions et la subvention pour donner un cadre aux projets associatifs qu'elles soutiennent en application de leurs politiques publiques. Ce qui correspondrait aux instructions contenues dans la circulaire du premier ministre du 29 septembre 2015.

Notre document rencontre déjà un certain succès (au sein du GRAINE-IDF, par exemple) et son argumentaire a déjà amené des collectivités publiques à renouer avec les conventions de partenariat et les subventions.

Relayer la campagne

Le document "Les marchés publics, c'est pas automatique !" est à disposition de tous, lisez-le, diffusez-le le plus largement possible aux associations, aux élus, aux responsables que vous pourrez contacter. Le Corif met également à disposition le fichier original de ce document que les associations qui souhaitent relayer cette campagne peuvent nous demander. Elles pourront alors le personnaliser, y citer leurs propres exemples, se l'approprier.

> Télécharger le document (PDF)
> Nous demander le document original
> En savoir plus...

éducation à l’environnement et au développement durable (EEDD)

La Région supprime son soutien
à l'éducation à la nature

Le Conseil régional d’Île-de-France a récemment exprimé le souhait de ne pas renouveler son soutien financier au réseau francilien d’éducation à l’environnement et au développement durable (EEDD).

La LPO Île-de-France, le Corif, Les petits débrouillards, l’Opie et Planète sciences Île-de-France s’associent pour signer d’une main une lettre ouverte adressée à la Présidente de région, Madame Valérie Pécresse.

Pour les structures membres du Graine Île-de-France, il est important de rappeler à la présidente les bénéfices qui peuvent découler d’un partenariat avec l’EEDD. Le Graine Île-de-France et ses 117 structures membres peuvent travailler de concert avec la région pour accompagner et participer à la mise en place du Plan Vert pour faire de l’Île-de-France « la première éco-région d’Europe », comme le souhaite Mme Pécresse.

La sensibilisation à la protection de la nature est indispensable

Car il est difficile d’imaginer qu’un tel projet puisse se passer de la sensibilisation des citoyens qui est assurée au quotidien par les acteurs du Graine Île-de-France. Le soutien réel et financier de la Région au Graine Île-de-France est donc une nécessité au développement et à la structuration de l’éducation à l’environnement et au développement durable en Île-de-France.

Soutenez la lettre ouverte à Valérie Pécresse

Vous pouvez exprimer votre soutien à la lettre adressée à Valérie Pécresse en vous rendant sur le site change.org. Exprimez-vous, c'est important !

> Voir la lettre ouverte

> Soutenir la lettre ouverte

La Bassée (77) menacée

Un aménagement sur la Seine menace une zone humide importante

C'est un projet ancien, et comme dans d'autres cas connus, ses promoteurs insistent d'autant plus pour le mener jusqu'au bout, alors qu'il semble bien qu'il ne correspond plus à ce que doivent être les politiques environnementales aujourd'hui.

L'idée est d'élargir la Seine entre Bray-sur-Seine et Nogent-sur-Seine, en Seine-et-Marne, d'étendre ainsi "le réseau à grand gabarit de l’axe Seine pour relier de manière homogène les ports de Nogent-sur-Seine au bassin parisien et au-delà, aux ports du Havre, de Rouen et du nord de l’Europe".

Encore une destruction de zone humide

Mais ce projet, s'il est mené à bien, va détruire la plaine alluviale de la Bassée que de nombreux naturalistes connaissent pour la richersse de son avifaune et de sa biodiversité en général.

De plus, cette zone sert à absorber de manière naturelle les crues de la Seine et à filtrer les eaux qui constituent nos réserves d'eau potable. Si ces fonctions n'étaient plus réalisés "gratuitement" par la nature, il faudrait construire de coûteux équipements pour la remplacer.

Pétition

Encore une fois, face à la force et l'obstination des promoteurs du projet porté par VNF (Voies navigables de France), il n'est pas facile de sauver une zone d'une grande richesse naturelle.

Un collectif "Citoyen.ne.s pour la Bassée" a lancé une pétition sur change.org.

> En savoir plus sur la pétition

Pro Natura Île-de-France

Acquérir des sites
pour les protéger

En adhérant au Corif, les membres
de notre association peuvent verser
une part de leur cotisation
à Pro Natura Île-de-France.

Trente ans bientôt après sa création, Pro Natura Île-de-France rassemble les contributions financières d’une centaine de donateurs qui sont ses adhérents tout comme cinq associations qui, comme le Corif, demandent à leurs adhérents une surcotisation reversée à Pro Natura Île-de-France.

Grâce à ces financements bénévoles, Pro Natura Île-de-France est devenu propriétaire de plus de 250 hectares en Seine-et-Marne et dans l’Essonne.

La pelouse à Maïté

Par exemple, sur le plateau du Gatinais, l'acquisition par Pro Natura Île-de-France a été réalisée à l’initiative de NaturEssonne sur près de 25 hectares, avec sa participation financière ainsi qu’avec celle du Corif. Dite "pelouse à Maïté" en l’honneur d’une adhérente du Corif trop tôt partie vers les pelouses éternelles, cette pelouse permet d’admirer, entre autres, l’Orchis pyramidal et le délicat Orchis moucheron. Ce petit morceau de nature essonnienne a été le point de départ du classement de 200 hectares des pelouses calcaires du Gâtinais en zone spéciale de conservation du réseau Natura 2000.

Soutenir Pro Natura

En tant que membre fondateur de Pro Natura Île-de-France, le Corif collecte des dons auprès de ses adhérents, au moment de leur inscription, ou plus tard.

Mais les personnes qui ne sont pas adhérentes du Corif (quel dommage !) peuvent aussi soutenir Pro Natura Île-de-France en envoyant leur don à notre association qui le reversera ensuite à Pro Natura Île-de-France, toujours en vertu de son statut de membre fondateur.

Rappel : vous pouvez déduire 66 % de votre don pour les particuliers, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable (un don de 30 € ne vous en coûte que 10). Pour les entreprises, le plafond s’élève à 60 %, à hauteur de 5 % du chiffre d’affaires. Chaque année, un reçu fiscal vous sera envoyé.

> Les coordonnées du Corif pour envoyer votre don pour Pro Natura Île-de-France

 

Vidéo : © Commnauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre

Sorties nature en partenariat
Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre / Corif

"Parfaitement recommandées !"

C'est l'une des opinions exprimées dans cette vidéo par des personnes qui ont participé aux animations proposées par la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre et animées par le Corif.
Les animateurs du Corif partagent avec les participants leur passion pour les oiseaux, et en faisant découvrir la biodiversité de lieux familiers, sensibilisent à la protection de la nature.
En plus de ces sorties "tous publics", l'équipe pédagogique de notre association propose, dans le même esprit, des programmes innovants pour les scolaires comme "Le voyage de la biodiversité" (sur les continuités écologiques) ou "Nature en film" (sur le regard porté sur la nature), par exemple.
Si vous souhaitez en savoir plus, contactez le Corif.
Les sorties nature proposées par la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre sont gratuites et ont lieu de mars à juin et de septembre à novembre. Pour vous inscrire, rendez-vous sur www.agglo-hautsdebievre.fr

étudier la nature

Participez à la "ComNat" !

Oui, mais c'est quoi, la "ComNat" ? C'est, dans le language courant des corifiens, la Commission naturaliste.

Il est en effet apparu que de nombreux corifiens souhaitaient s'impliquer dans des études, mais encore fallait-il que celles-ci soient organisées en commun pour prendre toute leur valeur. C'est ce constat qui a donné naissance à la Commission naturaliste du Corif.

La première initiative de la ComNat a été de lancer une étude sur le Moineau friquet, espèce qui semble en voie de disparition en Île-de-France. C'est ce qu'il fallait vérifier.

D'autres études sont en préparation, en particulier sur les oiseaux nicheurs rares de notre région.

Le Passer

Et, jusqu'à maintenant, beaucoup d'énergie a été dépensée à la relance du Passer, la revue scientifique du Corif. Les efforts de la ComNat ont été largement récompensés : cette renaissance est un succès. Les études menées par les corifiens sont ainsi bien valorisées. Mais il y a encore du retard à rattrapper dans la publication des synthèses annuelles.

Vous pouvez participer

Que vous soyez volontaire pour participer à des études, ou pour les initier et les organiser, ou encore que vous souhaitiez contribuer à la rédaction et à la fabrication du Passer, ou y publier des articles, n'hésitez pas à vous mettre en rapport avec la ComNat en envoyant un mail au Corif.

> En savoir plus sur la Commission naturaliste du Corif

Résultat d'une étude anglaise

Des prédateurs
pour la Perruche
à collier ?

Une étude parue dans la revue scientifique anglaise "British Birds" rapporte des prédations de Perruche à collier par certains rapaces.

Ces prédations auront-elles un effet sur le développement de la population de ces perruches de plus en plus présentes en Europe, en particulier dans ses grandes villes ?

Les prédateurs vont-ils adapter leur régime alimentaire ? Des observations faites à Londres et recueillies par les auteurs de l'étude pourraient le laisser penser.

> Lire la suite...

Agir

Le Collectif des photographes
du Corif

Les corifiens photographes mettent leur passion en commun, échangent leurs expériences, organisent ensemble des prises de vues, coordonnent leurs contributions à la photothèque de notre association, illustrent les sujets sur lesquels le Corif intervient...

Ecrivez à corif@corif.net
pour en savoir plus.

> Accédez à la photothèque

Partenaire
des activités du Corif

L'atlas des oiseaux nicheurs de Paris

Le Corif a doté la capitale de l'ouvrage de référence qui lui manquait.
Aujourd'hui, dix ans après, notre association se lance à nouveau dans l'inventaire des oiseaux nicheurs de notre région en vue de la deuxième édition de l'atlas.

En savoir plus...

Les moineaux disparaissent-ils dans Paris ?

Dans de nombreuses capitales européennes, leur population est en déclin. L'enquête Corif / LPO cherche à savoir ce qu'il en est chez nous.

> En savoir plus sur l'enquête

Vous avez trouvé un oiseau ?

Le Corif vous dit quoi faire