Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Chien viverrin

Venez découvrir ce carnivore sosie du raton laveur venu d'Extrême-Orient

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
Observer

Recevez chez vous le Guide Ornitho et soutenez notre association

Pour 33,99 euros port compris, recevez chez vous le Guide Ornitho de Peter J. Grant, Killian Mullarney, Lars Svensson, Dan Zetterstom, aux éditions Delachaux et Niestlé, le guide d'identification de référence, conseillé par le Corif. Vous soutiendrez ainsi financièrement notre association.

> Télécharger le bon de commande

Partenaire
des activités du Corif

Noter ses observations

Observer utile : fiches d'observation, d'homologation...

Participer à des études

L'Observatoire régional
des oiseaux communs

L'Atlas national des oiseaux nicheurs

L'Atlas des oiseaux nicheurs du Grand Paris

Les faucons crécerelles de Paris

L'Enquête moineaux Corif/LPO

L'Enquête Moineau friquet

Et d'autres encore... Renseignez-vous.

Où observer les oiseaux

Les principaux sites
d'Ile-de-France

Balades et observations
dans la région
de Rambouillet

Le Groupe Local Rambouillet du Corif a préparé des parcours qui vous permettront d'associer balades et observations naturalistes. Observations que vous n'oublirez pas, bien sûr, de lui transmettre !

Voici quatre parcours...

La galerie des espèces
du mois

Toutes les espèces présentées mois par mois sur le site du Corif

Soutenez le Corif et participez à ses actions
pour défendre la nature en Ile-de-France

Adhérez au Corif pour partager vos connaissances
et émotions naturalistes et agir pour la protection
des oiseaux et des milieux qui les accueillent.
 
Vous pouvez adhérer par courrier ou en ligne.
> Pour adhérer, cliquez ici.
Financement participatif

Soutenez les actions juridiques du Corif
pour défendre les "nuisibles"

Le Corif souhaite une juste prise en compte des intérêts de la faune sauvage dans la réglementation. Chaque espèce animale a le droit d’exister et a un rôle dans notre environnement.

Ainsi, si certaines espèces peuvent causer des dégâts aux cultures, leur régulation ne peut être envisagée que dans le respect des textes législatifs et réglementaires. Après les avoir défendus becs et ongles au sein des différentes commissions qui préparent les arrêtés d’autorisation de destruction, le CORIF mène des actions devant les tribunaux pour faire entendre la voix des animaux sauvages s’il estime le texte illégal.

La justice a un coût

La constitution et le suivi des recours demande du temps de travail (recherche des éléments concrets soutenant l’évidence de nos arguments, rédactions des recours, relecture) et a un coût en terme de fonctionnement (photocopies, envois postaux). En cas de victoire, les dédommagements sont faibles  voire inexistants.
Ainsi nous avons besoin de toute votre aide afin d’assurer un apport financier à l’association, correspondant au temps de travail salarié annuel que Jean-Pierre, notre chargé d’études naturalistes et juriste, consacre à mener à bien ces actions en justice.
Contribuez. Nous protégerons ensemble la biodiversité !

Rendez-vous sur helloasso

Le Corif lance donc sur helloasso une campagne de financement participatif intitulée Nuisible, mon amour ! En vous rendant sur le site de helloasso, vous pourrez faire un don. Nous vous proposons des contreparties pour ces dons, proportionnlles à leur montant.

Si vous en faites le choix, helloasso ne prélèvera rien de votre don, et celui-ci reviendra intégralement au Corif. Evidemment, un reçu fiscal vous sera fourni, permettant de déduire de vos impôts 66% du montant de votre don.

Pour en savoir plus sur helloasso et notre campagne, cliquez sur le lien ci-dessous.

> Je veux faire un don sur helloasso

Formation gratuite

Comprendre et identifier les oiseaux

Le CORIF et Natureparif vous proposent un programme de formations à l’ornithologie, dans l’objectif de développer le réseau francilien d’observateurs ornithologues.
A titre individuel, ces formations sont gratuites sous réserve d’adhésion au Corif. Elles sont aussi accessibles dans le cadre de la formation professionnelle pour les personnes en poste (les tarifs sont indiqués dans le document à tlécharger ci-dessous).

La première session « Acquérir les bases nécessaires à l’observation des oiseaux » d’une durée d’une semaine s’adresse à un public débutants ou « faux débutants ».

La seconde session « Identifier les oiseaux » d’une durée de deux semaines, s’adresse aux amateurs qui pratiquent déjà et qui souhaitent se perfectionner.

Les deux sessions peuvent être suivies indépendamment ou l'une à la suite de l'autre.

Nombre de places limité

Le nombre de places est limité à 25 pour chacune des sessions. L’inscription se fait en deux temps :
(1) Pré-inscription auprès du Corif (quelques questions sur votre niveau pratique vous seront posées afin de vous proposer la session la plus adaptée à vos attentes).
(2) Confirmation d’inscription (transmise dans les 15 jours suivant la pré-inscription).

Le contenu de ces formations permet d’acquérir des connaissances relativement pointues en ornithologie ce qui permettra aux participants de s’inscrire dans le réseau STOC ou dans d’autres suivis locaux, de consolider le réseau d’observateurs susceptibles d’alimenter les bases de données ornithologiques, et d’organiser des sorties de découverte.

> Télécharger le communiqué

Le Corif en actions

Le rapport d'activités
du Corif 2016 est paru

Rédigé par les salariés et des adhérents du Corif, réalisé par d'autres adhérents, notre Rapport d'activités valorise les actions menées par notre association en faveur de la protection de la nature, dans le domaine des études, des préconisations, de la sensibilisation des adultes et des enfants.

Ensemble, plus et mieux pour la nature

Il est, bien sûr, destiné à tous les corifiens pour qu'ils prennent la mesure de ce que nous faisons ensemble, pour nous donner envie de faire plus et mieux. La nature en a besoin.

Il est également destiné à nos partenaires, ceux qui peuvent le devenir ou, malheureusement, ceux qui ne veulent plus l'être, pour qu'ils prennent conscience de l'importance du Corif, et des associations en général, pour la protection de la biodiversité.

L'affaire de tous

Nous espérons que tous lui prêteront l'attention qu'il mérite à un moment ou des collectivités ont la tentation de retirer leur soutien à l'action des associations et de leurs adhérents, qui se mobilisent pourtant pour lutter pour leur conviction : la nature doit être protégée, c'est l'affaire de tous.

Téléchargez le Rapport d'activités du Corif, n'hésitez pas à le faire connaître autour de vous. Si vous avez un contact avec une collectivité publique, une entreprise ou un organisme qui pourrait nous soutenir, n'hésitez pas à lui parler de ce rapport. Nous avons imprimé quelques exemplaires supplémentaires et, surtout, il est téléchargeable grâce au lien ci-dessous.

> Télécharger le rapport d'activités

VOUS POUVEZ AGIR

Alerte bromadiolone !

La bromadiolone est un anticoagulant utilisé dans le cadre du plan d’action régional contre les campagnols. Les appâts seront enterrés mais les risques pour la faune non cible sont présents.

L'utilisation de la bromadiolone est autorisée en Ile-de-France entre le 1er septembre et le 31 mars via un formulaire de déclaration qui doit être affiché en mairie.

Depuis le 1er septembre dernier, des autorisations de traitement ont été accordées au moins en Seine-et-Marne et dans l'Essonne. Les associations, dont le Corif, la LPO, NaturEssonne et l'ANVL sont extrêment vigilantes sur le respect de la réglementation concernant ces traitements, à défaut d'une préférable interdiction.

Pour l’instant les communes concernées sont :

  • En Seine-et-Marne : Burcy et Larchant du 26 octobre au 26 novembre.
  • En Essonne : Guillerval en septembre et de nouveau du 18 novembre au 18 décembre et Angerville du 10 novembre au 10 décembre.
  • Yvelines et Val-d’Oise : nous n’avons pas eu d’information pour l’instant

Ces traitements doivent être annoncés dans les mairies des communes concernées, en respectant certaines règles. Ce qui n'est pas toujours le cas pour l’instant, des courriers de rappel ont été envoyés aux communes concernées. Dans tous ces cas, les associations de protection de la nature ont déposé des recours gracieux auprès de la Direction régionale et interdépartementale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRIAAF) qui contrôle ses traitements par l'intermédiaire de la FREDON Île-de-France. Nous avons en outre demandé la production des documents attestant que les conditions requises pour le déclenchement des traitements sont bien réunies.

Faites des photos

Ainsi nous vous demandons la plus grande vigilance lors de vos observations sur ces communes. Si vous trouvez des animaux morts, pendant la période de traitement indiquée et dans les deux semaines suivantes, merci de faire des photos, avec des gros plans de la tête, et de nous les envoyer (corif@corif.net et/ou ile-de-france@lpo.fr) et de saisir vos données le plus précisément possible quant à la localisation sur le site Faune-Ile-de-France.

Surtout ne touchez pas les cadavres

Merci de contacter le réseau SAGIR pour récupérer les cadavres en vue d’analyses :

  • En Seine-et-Marne :  ONCFS : 01 64 00 66 40 et FDC77 : 01 64 14 40 20
  • En Essonne et dans le Val-d’Oise : ONCFS : 01 30 41 74 94 et FICIF : 01 55 60 18 70
  • Dans les Yvelines : ONCFS : 01 30 41 74 94 et FICIF : 01 34 85 33 00.
  • Pour toutes demandes de précisions, n’hésitez pas à nous contacter (CORIF : 01 48 60 13 00, LPO : 01 53 58 58 38).

Surveillez l'affichage dans les mairies

Si vous habitez dans des communes (ou à leur proximité) dans lesquelles des traitements à la bromadiolone sont susceptibles d'être menés, rendez-vous à la mairie pour vérifier que ces traitements sont bien annoncés (ils doivent l'être au moins deux jours avant leur début). Faites une photo de l'avis de traitement et faites-nous la parvenir (corif@corif.net et/ou ile-de-france@lpo.fr).

Pour pouvoir intervenir à temps, suivez aussi les annonces de traitement qui sont faites sur ce site et sur Faune-Ile-de-France.

Merci à tous pour votre aide.

> Saisir ses observations sur Faune-Ile-de-France

Education à la nature

La Région supprime son soutien au Graine IdF

Le 16 novembre dernier, le Conseil régional d'Île-de-France a supprimé, en commission permanente, toutes les aides financières du Graine IdF.

Cette décision de Valérie Pécresse et Chantal Jouanno met un terme à un partenariat vieux de 30 ans dans un contexte où tout invite à renforcer les dynamiques de mutualisation, de partage, d'entraide, d'accompagnement à la structuration des acteurs de l'éducation à la nature et à l'environnement, à un moment où la protection de la biodiversité est toujours plus urgente et néanmoins remise en cause.

Les aides du Conseil Régional représentaient 99 000 € pour l'année 2016 et portaient sur :

  • Les missions de tête de réseau du Graine IdF (informations aux acteurs, journées d'échanges, soutien aux adhérents…).
  • Les projets territoriaux d'accompagnement à la structuration des associations.
  • Le programme de sensibilisation à la problématique des déchets.

Deux emplois supprimés

Les conséquences matérielles immédiates pour le Graine IdF sont graves :

  • Suppression de la version papier de La Plume, son bulletin.
  • La perte de deux emplois avec le non renouvellement du poste d'assistante de gestion et d'un poste d'animatrice de réseau.

Les associations doivent être soutenues

Alors que la Région ambitionne pour l'Île-de-France de devenir "la première éco-région d'Europe", que tous les signaux montrent que la biodiversité s'érode de plus en plus, que la protection de la nature et de l'environnement en général apparaît comme un enjeu d'avenir, les associations ont toujours autant besoin, sinon plus, des partenariats qu'elles tiennent à tisser avec les collectivités publiques pour renforcer leurs actions. Mais ce n'est pas la voie que semblent choisir les nouveaux élus régionaux.

Mobilisons-nous

Aujourd'hui, c'est le Graine IdF qui est mis en péril. Il faut que tous les acteurs associatifs, structures ou adhérents, se mobilisent autour du Graine IdF. Celui-ci propose des moyens de faire connaître leur préoccupation. Utilisez-les !

> Voir la page « Mobilisons-nous » sur le site du Graine-IdF

Pro Natura Île-de-France

Acquérir des sites
pour les protéger

En adhérant au Corif, les membres
de notre association peuvent verser
une part de leur cotisation
à Pro Natura Île-de-France.

Trente ans bientôt après sa création, Pro Natura Île-de-France rassemble les contributions financières d’une centaine de donateurs qui sont ses adhérents tout comme cinq associations qui, comme le Corif, demandent à leurs adhérents une surcotisation reversée à Pro Natura Île-de-France.

Grâce à ces financements bénévoles, Pro Natura Île-de-France est devenu propriétaire de plus de 250 hectares en Seine-et-Marne et dans l’Essonne.

La pelouse à Maïté

Par exemple, sur le plateau du Gatinais, l'acquisition par Pro Natura Île-de-France a été réalisée à l’initiative de NaturEssonne sur près de 25 hectares, avec sa participation financière ainsi qu’avec celle du Corif. Dite "pelouse à Maïté" en l’honneur d’une adhérente du Corif trop tôt partie vers les pelouses éternelles, cette pelouse permet d’admirer, entre autres, l’Orchis pyramidal et le délicat Orchis moucheron. Ce petit morceau de nature essonnienne a été le point de départ du classement de 200 hectares des pelouses calcaires du Gâtinais en zone spéciale de conservation du réseau Natura 2000.

Soutenir Pro Natura

En tant que membre fondateur de Pro Natura Île-de-France, le Corif collecte des dons auprès de ses adhérents, au moment de leur inscription, ou plus tard.

Mais les personnes qui ne sont pas adhérentes du Corif (quel dommage !) peuvent aussi soutenir Pro Natura Île-de-France en envoyant leur don à notre association qui le reversera ensuite à Pro Natura Île-de-France, toujours en vertu de son statut de membre fondateur.

Rappel : vous pouvez déduire 66 % de votre don pour les particuliers, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable (un don de 30 € ne vous en coûte que 10). Pour les entreprises, le plafond s’élève à 60 %, à hauteur de 5 % du chiffre d’affaires. Chaque année, un reçu fiscal vous sera envoyé.

> Les coordonnées du Corif pour envoyer votre don pour Pro Natura Île-de-France

 

Vidéo : © Commnauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre

Sorties nature en partenariat
Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre / Corif

"Parfaitement recommandées !"

C'est l'une des opinions exprimées dans cette vidéo par des personnes qui ont participé aux animations proposées par la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre et animées par le Corif.
Les animateurs du Corif partagent avec les participants leur passion pour les oiseaux, et en faisant découvrir la biodiversité de lieux familiers, sensibilisent à la protection de la nature.
En plus de ces sorties "tous publics", l'équipe pédagogique de notre association propose, dans le même esprit, des programmes innovants pour les scolaires comme "Le voyage de la biodiversité" (sur les continuités écologiques) ou "Nature en film" (sur le regard porté sur la nature), par exemple.
Si vous souhaitez en savoir plus, contactez le Corif.
Les sorties nature proposées par la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre sont gratuites et ont lieu de mars à juin et de septembre à novembre. Pour vous inscrire, rendez-vous sur www.agglo-hautsdebievre.fr

étudier la nature

Participez à la "ComNat" !

Oui, mais c'est quoi, la "ComNat" ? C'est, dans le language courant des corifiens, la Commission naturaliste.

Il est en effet apparu que de nombreux corifiens souhaitaient s'impliquer dans des études, mais encore fallait-il que celles-ci soient organisées en commun pour prendre toute leur valeur. C'est ce constat qui a donné naissance à la Commission naturaliste du Corif.

La première initiative de la ComNat a été de lancer une étude sur le Moineau friquet, espèce qui semble en voie de disparition en Île-de-France. C'est ce qu'il fallait vérifier.

D'autres études sont en préparation, en particulier sur les oiseaux nicheurs rares de notre région.

Le Passer

Et, jusqu'à maintenant, beaucoup d'énergie a été dépensée à la relance du Passer, la revue scientifique du Corif. Les efforts de la ComNat ont été largement récompensés : cette renaissance est un succès. Les études menées par les corifiens sont ainsi bien valorisées. Mais il y a encore du retard à rattrapper dans la publication des synthèses annuelles.

Vous pouvez participer

Que vous soyez volontaire pour participer à des études, ou pour les initier et les organiser, ou encore que vous souhaitiez contribuer à la rédaction et à la fabrication du Passer, ou y publier des articles, n'hésitez pas à vous mettre en rapport avec la ComNat en envoyant un mail au Corif.

> En savoir plus sur la Commission naturaliste du Corif

Relations Collectivités publiques / Associations

 La solution gagnant/gagnant

Depuis quelques années, dans un louable souci de transparence, de nombreuses collectivités publiques substituent le code des marchés publics aux partenariats. Mais cette procédure ne permet pas vraiment d'atteindre le but recherché. De plus, elle est mal adaptée à la culture et aux pratiques associatives et modifie considérablement les relations entre associations et pouvoirs publics. De partenaires, les associations deviennent prestataires. Soucieux d'entretenir avec ses partenaires des relations harmonieuses, constructives et pérennes, et en s'appuyant sur les travaux de la CPCA (Conférence Permanente des Coordinations Associatives), le Corif a rédigé un document pour convaincre les décideurs de choisir les conventions et la subvention pour donner un cadre aux projets associatifs qu'elles soutiennent en application de leurs politiques publiques. Ce document rencontre déjà un certain succès (au sein du GRAINE-IDF, par exemple) et son argumentaire a déjà amené des collectivités publiques à renouer avec les conventions de partenariat et les subventions.

Relayer la campagne

Le document "Les marchés publics, c'est pas automatique !" est à disposition de tous, lisez-le, diffusez-le le plus largement possible aux associations, aux élus, aux responsables que vous pourrez contacter. Le Corif met également à disposition le fichier original de ce document que les associations qui souhaitent relayer cette campagne peuvent nous demander. Elles pourront alors le personnaliser, y citer leurs propres exemples, se l'approprier.

> Télécharger le document (PDF)
> Nous demander le document original
> En savoir plus...

Résultat d'une étude anglaise

Des prédateurs
pour la Perruche
à collier ?

Une étude parue dans la revue scientifique anglaise "British Birds" rapporte des prédations de Perruche à collier par certains rapaces.

Ces prédations auront-elles un effet sur le développement de la population de ces perruches de plus en plus présentes en Europe, en particulier dans ses grandes villes ?

Les prédateurs vont-ils adapter leur régime alimentaire ? Des observations faites à Londres et recueillies par les auteurs de l'étude pourraient le laisser penser.

> Lire la suite...

Agir

Le Collectif des photographes
du Corif

Les corifiens photographes mettent leur passion en commun, échangent leurs expériences, organisent ensemble des prises de vues, coordonnent leurs contributions à la photothèque de notre association, illustrent les sujets sur lesquels le Corif intervient...

Ecrivez à corif@corif.net
pour en savoir plus.

> Accédez à la photothèque

Partenaire
des activités du Corif

L'atlas des oiseaux nicheurs de Paris

Le Corif a doté la capitale de l'ouvrage de référence qui lui manquait.
Aujourd'hui, dix ans après, notre association se lance à nouveau dans l'inventaire des oiseaux nicheurs de notre région en vue de la deuxième édition de l'atlas.

En savoir plus...

Les moineaux disparaissent-ils dans Paris ?

Dans de nombreuses capitales européennes, leur population est en déclin. L'enquête Corif / LPO cherche à savoir ce qu'il en est chez nous.

> En savoir plus sur l'enquête

Vous avez trouvé un oiseau ?

Le Corif vous dit quoi faire