Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

La Pie bavarde

On dit d'elle que c'est une voleuse. Vérifions cela en étudiant ce beau corvidé.

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
Observer

Recevez chez vous le Guide Ornitho et soutenez notre association

Pour 33,99 euros port compris, recevez chez vous le Guide Ornitho de Peter J. Grant, Killian Mullarney, Lars Svensson, Dan Zetterstom, aux éditions Delachaux et Niestlé, le guide d'identification de référence, conseillé par le Corif. Vous soutiendrez ainsi financièrement notre association.

> Télécharger le bon de commande

Partenaire
des activités du Corif

Noter ses observations

Observer utile : fiches d'observation, d'homologation...

Participer à des études

L'Observatoire régional
des oiseaux communs

L'Atlas national des oiseaux nicheurs

L'Atlas des oiseaux nicheurs du Grand Paris

Les faucons crécerelles de Paris

L'Enquête moineaux Corif/LPO

L'Enquête Moineau friquet

Et d'autres encore... Renseignez-vous.

Où observer les oiseaux

Les principaux sites
d'Ile-de-France

Balades et observations
dans la région
de Rambouillet

Le Groupe Local Rambouillet du Corif a préparé des parcours qui vous permettront d'associer balades et observations naturalistes. Observations que vous n'oublirez pas, bien sûr, de lui transmettre !

Voici quatre parcours...

La galerie des espèces
du mois

Toutes les espèces présentées mois par mois sur le site du Corif

Soutenez le Corif et participez à ses actions
pour défendre la nature en Ile-de-France

Adhérez au Corif pour partager vos connaissances
et émotions naturalistes et agir pour la protection
des oiseaux et des milieux qui les accueillent.
 
Vous pouvez adhérer par courrier ou en ligne.
> Pour adhérer, cliquez ici.
Les photographes du corif exposent

Photos
d'ornithos

Les photographes membres du Corif montrent leurs photos dans le parc forestier de la Poudrerie pendant les deux mois de l'été.

Le collectif photo de notre association s'est réuni pour sélectionner 15 photos d'oiseaux d'Île-de-France illustrant le thème "Au fil de l'eau", parmi plus de soixante-dix contributions.

Un "prix du public" sera attribué à la photo qui aura recueilli le plus de votes favorables.
Vous pourrez choisir votre photo préférée en vous rendant au parc de la Poudrerie pour visiter l'exposition, ou en "votant en ligne".

> Votez pour votre photo préférée

Le Parc de la Poudrerie menacé

Une lettre à la ministre

Le Parc de la Poudrerie, dans lequel sont installés les locaux du Corif, appartient à l'Etat, mais est géré par la Région et le Département. Qui risquent tous de se désengager...

La convention qui les lie vient à échéance à la fin de l'année, et il se pourrait bien que l'entretien de ce grand espace vert repose sur les finances des quatre communes dans lesquelles il se trouve.

137 ha d'une grande richesse écologique

Le Corif connaît bien ce parc de la Seine-Saint-Denis pour y être installé. Mais également pour en apprécier, grâce à de nombreuses observations, toute la richesse de sa population d'oiseaux, mais aussi d'amphibiens, par exemple.

Le Corif propose de nombreuses activités de sensibilisation à la nature dans le parc, et entend bien développer encore son offre. C'est dire si l'avenir du parc lui tient à cœur, sans parler de son intérêt en tant que réservoir de biodiversité dans une zone urbanisée et industrialisée.

Petitions

Une pétition a été lancée au printemps par le député local François Asensi. Elle a recueilli 9516 signatures au 8 juillet 2016.

> Consulter (et signer...) la pétition lancée par François Asensi

Une autre pétition a été lancée début juillet par l'association "Les amis du Parc de la Poudrerie".

> Consulter (et signer...) la pétition des Amis du Parc de la Poudrerie

Lettre à Ségolène Royal

Une lettre a également été envoyée par l'association "Les amis du parc de la Poudrerie" à la Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie pour l'alerter sur le danger que court le parc de la Poudrerie.

Cette lettre est co-signée par :

  • L’Association des Jardiniers du Parc de la Poudrerie (AJPP93),
  • Le Centre Ornithologique Île-de-France (CORIF),
  • Le collectif Environnement 93,
  • Les Amis Naturalistes des Coteaux d’Avron (ANCA),
  • Mieux vivre à Villpinte,
  • Le Comité Départemental de la Randonnée Pédestre (CDRP93).

> Voir la lettre à la ministre

Végétation urbaine

Des habitats à ménager

Dans Paris, les parcs municipaux ou privés, les jardins d'immeubles, les voies aménagées avec des arbres ou des arbustes sont autant d'habitats pour un grand nombre d'espèces d'insectes, d'oiseaux, voire de mammifères. Préserver cette végétation est donc d'une grande importance pour le développement de la biodiversité urbaine.

Mauvais traitements

Mais, malheureusement, la végétation en milieu urbain n'est pas toujours bien traitée.

Le Corif vous demande donc de témoigner si vous avez constaté des cas d'élimination de buissons ou de lierre, des tailles d'arbres au printemps, des faucardages complets de roselières, ou tout autre cas similaire.

Transmettez vos témoignages

Vous pouvez saisir vos témoignages et déposer des photos directement sur ce site.

> En savoir plus

> Déposer un témoignage

Grignon (un peu) soulagé

Le PSG choisit Poissy
pour son camp d'entraînement

Le combat des associations, auquel le Corif a contribué, a eu un premier résultat positif, le PSG renonce à implanter son centre d'entraînement dans le parc de Grignon, "domaine naturel, historique, scientifique et mémoriel" selon le Collectif pour l'avenir de Grignon qui défend un projet de "Centre international d'échanges et de formations pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement de demain".

Soulagé, mais vigilant

Le Collectif déclare toutefois qu'il n'ignore pas que l'Etat est prêt à vendre le domaine au PSG pour que celui-ci en fasse sa base arrière.

L'aménagement d'un palace pour sportifs n'est pas non plus acceptable pour le collectif car incompatible avec les objectifs de la COP 21.

néonicotinoïdes

Interdits, mais pourquoi attendre ?

Dans le cadre de la lecture définitive de la loi Biodiversité, l’Assemblée nationale a voté l’interdiction totale des pesticides néonicotinoïdes à partir de septembre 2018, mais avec des dérogations possibles jusqu'au 1er juillet 2020.

Ces insecticides sont reconnus comme dangereux pour les abeilles et plus généralement pour la biodiversité et la santé humaine. Pour FNE, il faut mettre en place sans attendre les techniques alternatives. Car oui, elles existent !

Une interdiction sans cesse repoussée

Dans le texte adopté après maintes tergiversations, l’interdiction des néonicotinoïdes n’interviendra définitivement qu’au 1er juillet 2020.

Or l’urgence écologique est là, on ne peut plus attendre ! Les colonies d’abeilles domestiques subissent une mortalité annuelle de 30% alors qu’elle n’était que de 5% avant 1995, date de l’apparition des néonicotinoïdes sur le marché français. Faut-il rappeler que 80% des plantes à fleurs et 75% des espèces cultivées dépendent de la pollinisation par les insectes ?

Les alternatives existent !

Eviter les semis trop précoces, travailler le sol, faire des rotations de cultures, utiliser les auxiliaires naturels, prédateurs des insectes ravageurs... Les alternatives aux néonicotinoïdes sont nombreuses et ne demandent qu’à se généraliser. Contre la pyrale, cette chenille qui constitue le principal ravageur du maïs, des lâchers de trichogrammes (petits insectes) sont réalisés chaque année par des milliers d’agriculteurs.

D'après le communiqué de FNE (France Nature Environnement) dont le Corif est membre.

Les maires pourraient agir

Agir pour l'Environnement et l'Union Nationale de l'Apiculture Française on noté que la loi votée permet aux maires de communes particulièrement exposées au risque de signer un arrêté d'interdiction des néonicotinoïdes sur leur territoire.

Vous pouvez donc demander à votre maire d'intervenir.

> Lire le document de FNE à propos des alternatives aux néonicotinoïdes

> En savoir plus sur l'action possible des maires

A quoi servent les données saisies en ligne ?

La migration sous vos yeux

L'EBCC (European bird census council) est une association européenne qui étudie la répartition, le nombre et la démographie des populations d'oiseaux en Europe et qui fait référence en matière de réalisation d'atlas.

Se basant sur les données recueillies sur un grand nombre d'outils Internet de saisie de d'observations, comme Faune-Île-de-France, par exemple, l'EBCC a ouvert un portail (l'EuroBirdPortal) qui permet de visualiser des données synthétisées pour un certain nombre d'espèces.

Il est ainsi possible de voir sur une carte d'Europe, semaine par semaine, la répartition des populations d'Hirondelles rustiques et ainsi de suivre leur migration. C'est d'autant plus intéressant que l'on peut choisir d'afficher en même temps une carte synchronisée de l'évolution des températures.

Réseau européen

Les données sont issues, entre autres, du réseau Visionature qui regroupe les sites français "Faune-XXX" et des sites dans d'autres pays qui repréentent aujourd'hui une partie significative de l'Europe (et c'est pas fini...). En Île-de-France, la LPO et le Corif co-gèrent le site faune-iledefrance.org.

 

> Voir le site EuroBird Portal

> Se rendre sur Faune-Île-de-France

Formation professionnelle

Une formation
pour les professionnels
de la nature

Le Corif propose depuis plusieurs années des formations ornithologiques à destination des collectivités, des animateurs, des bénévoles et du grand public.

Le Corif propose aussi des formations destinés aux professionnels de la nature qui souhaitent élargir leurs connaissances et mieux maîtriser les actions qu'ils mènent dans l'animation ou la gestion des espaces naturels.

Cette formation a pour objectifs de permettre aux participants d'acquérir une méthode reproductible pour identifier les oiseaux, connaître les notions fondamentales de l'ornithologie (taxonomie, anatomie...), acquérir les connaissances sur l'avifaune régionale.

Pour en savoir plus et s'inscrire, téléchargez la documentation.

> Télécharger la documentation

conférence

La Chevêchette d'Europe

Le plus petit rapace "nocturne" d'Europe intéresse de plus en plus les naturalistes de France qui le recherchent activement depuis quelques années.
Rare et à l'état de relicte glacière dans la plupart des massifs orientaux du pays, cette espèce est l'une des plus emblématiques de nos montagnes.
Sa rareté, ses habitats forestiers et sauvages, mais sa très grande tolérance à la proximité de l'homme, la rendent passionnante pour les ornithologues.
La vie de la Chevêchette d'Europe est encore mal connue dans nos montagnes.

Enfin étudiée

Très peu étudiée, elle fut pourtant l'objet d'une mission de recherche durant 4 années dans le Vercors.
Gilles Trochard et la LPO Drôme, missionnés par l'ONF et la RN des Hauts plateaux du Vercors, ont entrepris de l'étudier dès 2009 dans le cadre d'une des plus grandes RBI (réserve biologique intégrale) de France.
Cette étude, doublée d'une belle aventure, a été relatée dans un documentaire de 52 minutes réalisé par Yoann Périé (primé à Ménigoute en 2014).
Gilles Trochard, naturaliste voyageur, vous invite à l'écouter vous présenter le cadre, les méthodes et les résultats de cette étude.
Il vous exposera son travail au moyen d'images pédagogiques durant une trentaine de minutes et répondra à vos questions.

Pour naturalistes avertis ou néophytes

Cette présentation intéressera sûrement les naturalistes avertis, et permettra aux néophytes de mieux comprendre le documentaire qui sera projeté à la suite.
Vous êtes donc tous invités pour une escapade montagnarde avec l'une des espèces les plus remarquables de notre avifaune, et l'histoire d'une belle aventure naturaliste.

Où ? Quand ?

Cette conférence, proposée par le CORIF et la LPO Île-de-France, grâce au soutien de Natureparif, se tiendra le samedi 3 septembre 2016, à 15h, Cité régionale de l’environnement, 90-92, avenue du Général Leclerc, à Pantin. Entrée gratuite avec libre participation.

Pro Natura Île-de-France

Acquérir des sites
pour les protéger

En adhérant au Corif, les membres
de notre association peuvent verser
une part de leur cotisation
à Pro Natura Île-de-France.

Trente ans bientôt après sa création, Pro Natura Île-de-France rassemble les contributions financières d’une centaine de donateurs qui sont ses adhérents tout comme cinq associations qui, comme le Corif, demandent à leurs adhérents une surcotisation reversée à Pro Natura Île-de-France.

Grâce à ces financements bénévoles, Pro Natura Île-de-France est devenu propriétaire de plus de 250 hectares en Seine-et-Marne et dans l’Essonne.

La pelouse à Maïté

Par exemple, sur le plateau du Gatinais, l'acquisition par Pro Natura Île-de-France a été réalisée à l’initiative de NaturEssonne sur près de 25 hectares, avec sa participation financière ainsi qu’avec celle du Corif. Dite "pelouse à Maïté" en l’honneur d’une adhérente du Corif trop tôt partie vers les pelouses éternelles, cette pelouse permet d’admirer, entre autres, l’Orchis pyramidal et le délicat Orchis moucheron. Ce petit morceau de nature essonnienne a été le point de départ du classement de 200 hectares des pelouses calcaires du Gâtinais en zone spéciale de conservation du réseau Natura 2000.

Soutenir Pro Natura

En tant que membre fondateur de Pro Natura Île-de-France, le Corif collecte des dons auprès de ses adhérents, au moment de leur inscription, ou plus tard.

Mais les personnes qui ne sont pas adhérentes du Corif (quel dommage !) peuvent aussi soutenir Pro Natura Île-de-France en envoyant leur don à notre association qui le reversera ensuite à Pro Natura Île-de-France, toujours en vertu de son statut de membre fondateur.

Rappel : vous pouvez déduire 66 % de votre don pour les particuliers, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable (un don de 30 € ne vous en coûte que 10). Pour les entreprises, le plafond s’élève à 60 %, à hauteur de 5 % du chiffre d’affaires. Chaque année, un reçu fiscal vous sera envoyé.

> Les coordonnées du Corif pour envoyer votre don pour Pro Natura Île-de-France

Projet d'un collectif d'ONG

Un tribunal pour juger Monsanto

Un nombre croissant de citoyens de différentes régions du monde voient aujourd’hui l’entreprise américaine Monsanto comme le symbole d’une agriculture industrielle et chimique qui pollue, accélère la perte de biodiversité et contribue de manière massive au réchauffement climatique.

Un collectif d'ONG a décidé d'organiser au mois d'octobre à La Haye un tribunal qui aura pour mission d’évaluer les faits qui sont reprochés à Monsanto et de juger les dommages causés par la multinationale. Le Tribunal prendra appui sur les principes directeurs relatifs aux entreprises et droits de l’homme adoptés au sein de l’ONU en 2011.

Soutiens

Le collectif a besoin de soutiens pour mener son projet à bien. Vous pouvez signer une pétition, contribuer financièrement, faire connaître l'initiative...

Parmi les contributions au projet, on trouve ce clip.

> Voir le site du Tribunal Monsanto

ENquête

Observatoire
des Vers Luisants

Les vers luisants et lucioles disparaissent progressivement en France ? Participez à une grande expérience de science participative avec le Centre National de Recherche Scientifique et le Groupe Associatif Estuaire pour mieux comprendre pourquoi !

Contrairement à ce que son nom commun laisse penser, le Ver luisant n'est pas un ver, c'est l'aspect de la femelle qui lui a fait prendre ce nom. C'est en fait un insecte coléoptère, Lampyris noctiluca, du genre Luciola, ou Lampyre.

Lumineuse femelle

C'est la femelle qui produit le plus de lumière, par la partie terminale de son abdomen, mais aussi par ses deux avant-derniers segments.

On peut voir sur la photo une femelle de Lampyre avec et sans éclairage articificiel. Cette luminescence est biologioque et sert aux femelles, qui n'ont pas d'ailes, à attirer les mâles qui en ont et sont donc plus mobiles.

Participez, c'est simple !

L'association Asterella vous invite à noter la présence, ou l'absence, de vers luisants dans votre jardin grâce à un questionnaire très simple et rapide à remplir. N'hésitez pas à participer.

Vous avez un jardin ? 

Dites-nous juste si vous y avez OUI ou NON déjà observé un ver luisant !

​Envie d'aller plus loin ? 

Partez en mission spéciale pour le CNRS sur les bords de chemins !

​Nouveau protocole pour l'année 2016

Pour parfaire les connaissances sur les vers luisants, nous souhaitons connaitre la date exacte de la première observation que VOUS effectuerez en 2016 ! Alors, dès que vous en voyez enfin un, même si c'est en dehors d'un jardin, envoyez-nous un mail.

> Participer à l'enquête

 

Vidéo : © Commnauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre

Sorties nature en partenariat
Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre / Corif

"Parfaitement recommandées !"

C'est l'une des opinions exprimées dans cette vidéo par des personnes qui ont participé aux animations proposées par la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre et animées par le Corif.
Les animateurs du Corif partagent avec les participants leur passion pour les oiseaux, et en faisant découvrir la biodiversité de lieux familiers, sensibilisent à la protection de la nature.
En plus de ces sorties "tous publics", l'équipe pédagogique de notre association propose, dans le même esprit, des programmes innovants pour les scolaires comme "Le voyage de la biodiversité" (sur les continuités écologiques) ou "Nature en film" (sur le regard porté sur la nature), par exemple.
Si vous souhaitez en savoir plus, contactez le Corif.
Les sorties nature proposées par la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre sont gratuites et ont lieu de mars à juin et de septembre à novembre. Pour vous inscrire, rendez-vous sur www.agglo-hautsdebievre.fr

En île-de-france aussi, la nature a besoin de vous

Vous pouvez agir avec le Corif

Plus que jamais, la nature a besoin que des associations agissent pour la défendre.

Plus que jamais, les associations ont besoin que des adhérents ou des sympathisants les soutiennent, ou mieux, s'impliquent dans leurs actions.

Vous aussi, d'une manière ou d'une autre, vous pouvez agir avec le Corif, principale association naturaliste régionale de l'Île-de-France.
Pour en savoir plus, vous pouvez nous envoyer un mail.

étudier la nature

Participez à la "ComNat" !

Oui, mais c'est quoi, la "ComNat" ? C'est, dans le language courant des corifiens, la Commission naturaliste.

Il est en effet apparu que de nombreux corifiens souhaitaient s'impliquer dans des études, mais encore fallait-il que celles-ci soient organisées en commun pour prendre toute leur valeur. C'est ce constat qui a donné naissance à la Commission naturaliste du Corif.

La première initiative de la ComNat a été de lancer une étude sur le Moineau friquet, espèce qui semble en voie de disparition en Île-de-France. C'est ce qu'il fallait vérifier.

D'autres études sont en préparation, en particulier sur les oiseaux nicheurs rares de notre région.

Le Passer

Et, jusqu'à maintenant, beaucoup d'énergie a été dépensée à la relance du Passer, la revue scientifique du Corif. Les efforts de la ComNat ont été largement récompensés : cette renaissance est un succès. Les études menées par les corifiens sont ainsi bien valorisées. Mais il y a encore du retard à rattrapper dans la publication des synthèses annuelles.

Vous pouvez participer

Que vous soyez volontaire pour participer à des études, ou pour les initier et les organiser, ou encore que vous souhaitiez contribuer à la rédaction et à la fabrication du Passer, ou y publier des articles, n'hésitez pas à vous mettre en rapport avec la ComNat en envoyant un mail au Corif.

> En savoir plus sur la Commission naturaliste du Corif

Relations Collectivités publiques / Associations

 La solution gagnant/gagnant

Depuis quelques années, dans un louable souci de transparence, de nombreuses collectivités publiques substituent le code des marchés publics aux partenariats. Mais cette procédure ne permet pas vraiment d'atteindre le but recherché. De plus, elle est mal adaptée à la culture et aux pratiques associatives et modifie considérablement les relations entre associations et pouvoirs publics. De partenaires, les associations deviennent prestataires. Soucieux d'entretenir avec ses partenaires des relations harmonieuses, constructives et pérennes, et en s'appuyant sur les travaux de la CPCA (Conférence Permanente des Coordinations Associatives), le Corif a rédigé un document pour convaincre les décideurs de choisir les conventions et la subvention pour donner un cadre aux projets associatifs qu'elles soutiennent en application de leurs politiques publiques. Ce document rencontre déjà un certain succès (au sein du GRAINE-IDF, par exemple) et son argumentaire a déjà amené des collectivités publiques à renouer avec les conventions de partenariat et les subventions.

Relayer la campagne

Le document "Les marchés publics, c'est pas automatique !" est à disposition de tous, lisez-le, diffusez-le le plus largement possible aux associations, aux élus, aux responsables que vous pourrez contacter. Le Corif met également à disposition le fichier original de ce document que les associations qui souhaitent relayer cette campagne peuvent nous demander. Elles pourront alors le personnaliser, y citer leurs propres exemples, se l'approprier.

> Télécharger le document (PDF)
> Nous demander le document original
> En savoir plus...

Central Park à La Courneuve

Natura 2000
n'est pas Kleenex

Roland Castro et son équipe ont imaginé
la construction de 24 000 logements autour
du parc Georges-Valbon à La Courneuve pour "bâtir un rêve".
Ce qui vaut bien de sacrifier une zone Natura 2000.

Le parc serait amputé de 70 hectares sur 415. Une grande partie de ses espaces naturels seraient artificialisés et plusieurs espèces protégées seraient soit détruites soit dérangées (Blongios nain, Butor étoilé, Martin-Pêcheur d'Europe, Crapaud calamite entre autres).

La présence de ces espèces avaient justifié en 2006 l'intégration du site dans le réseau Natura 2000, le seul espace de ce type dans la petite couronne. Et qui a fait la démonstration jusqu'à aujourd'hui que la protection de la biodiversité en milieu urbanisé reste possible.

Mais cela semble avoir peu de poids devant l'ardeur de certains aménageurs...

Courrier Corif/LPO au premier ministre

Nos deux associations ont envoyé une lettre à Manuel Valls dans laquelle ils indiquent que le réseau Natura 2000 doit être développé plutôt que diminué.

Elles insistent aussi sur le fait que le parc souffrirait de l'artificialisation de ses sols, de l'éclairage de nuit et d'une surfréquentation.

Il ne semble pas, toutefois, que le premier ministre ait vraiment tenu compte de notre point de vue.

Par contre, une opposition très nette des riverains, des habitants de la Seine-Saint-Denis et de plus loin, des élus locaux, et en particulier du Conseil départemental, semble voir le jour.

Le Corif et la LPO ont participé à une réunion au Conseil départemental de Seine-Saint-Denis pour indiquer leur opposition au projet et à tout autre projet qui porterait atteinte à la richesse écologique du parc et à son apport à la biodiversité de la région.

Toujours attentifs

Le Corif reste très attentif à l'évolution de ce projet qui, bien qu'enveloppé dans un discours aux tonalités écologiques, porterait gravement atteinte à un espace qui est essentiel au maintien d'une biodversité "minimale" en Ile-de-France.

Il est déjà très difficile d'obtenir la mise en place de mesures de protection des espèces et des espaces. Dans le cas du parc Georges-Valbon un certain nombre d'entre elles sont en place. Il est hors de question de les remettre en cause pour la satisfaction de quelque architecte ou autre bâtisseur...

"Grande convergence"

Le Collectif pour la défense et l'extension du Parc Georges-Valbon convie à une "Grande convergence", rassemblement festif dans le parc, dimanche 11 octobre à 14 heures. Elle prend tout son sens à quelques semaines de l'ouverture de la COP 21.

Résultat d'une étude anglaise

Des prédateurs
pour la Perruche
à collier ?

Une étude parue dans la revue scientifique anglaise "British Birds" rapporte des prédations de Perruche à collier par certains rapaces.

Ces prédations auront-elles un effet sur le développement de la population de ces perruches de plus en plus présentes en Europe, en particulier dans ses grandes villes ?

Les prédateurs vont-ils adapter leur régime alimentaire ? Des observations faites à Londres et recueillies par les auteurs de l'étude pourraient le laisser penser.

> Lire la suite...

Agir

Le Collectif des photographes
du Corif

Les corifiens photographes mettent leur passion en commun, échangent leurs expériences, organisent ensemble des prises de vues, coordonnent leurs contributions à la photothèque de notre association, illustrent les sujets sur lesquels le Corif intervient...

Ecrivez à corif@corif.net
pour en savoir plus.

> Accédez à la photothèque

Partenaire
des activités du Corif

L'atlas des oiseaux nicheurs de Paris

Le Corif a doté la capitale de l'ouvrage de référence qui lui manquait.
Aujourd'hui, dix ans après, notre association se lance à nouveau dans l'inventaire des oiseaux nicheurs de notre région en vue de la deuxième édition de l'atlas.

En savoir plus...

Les moineaux disparaissent-ils dans Paris ?

Dans de nombreuses capitales européennes, leur population est en déclin. L'enquête Corif / LPO cherche à savoir ce qu'il en est chez nous.

> En savoir plus sur l'enquête

Vous avez trouvé un oiseau ?

Le Corif vous dit quoi faire