Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

La Linotte mélodieuse

Elle est très remuante. Allons voir si elle n'en fait qu'à sa tête...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
Etudes et Protection

Gestion de sites

> RNR du bassin de la Bièvre

Les actions de protection

> Représentation, actions en justice, enquêtes

Etudes régionales
Île-de-France

> OROC

> Conservation de la Chouette chevêche

> Sites AEV

Etudes par département

> Hauts-de-Seine

> Yvelines

> Paris

> Seine-Saint-Denis

> Seine-et-Marne

> Val-de-Marne

> Val-d'Oise

Inventaire des sites
de l'Agence des Espaces Verts

Depuis 2000, une convention lie le CORIF et l'AEV (Agence des Espaces Verts) pour la réalisation d'inventaires avifaunistiques et de préconisations de gestion sur leurs propriétés.

En 2011 le CORIF a réalisé le volet ornithologique de différentes études naturalistes faites par l’ONF pour le compte de l’AEV, sur les buttes de Parisis et la RNR du Marais de Stors.

Les Buttes de Parisis

Buttes de Parisis

L'A.E.V. a récemment présenté, à la commission départementale des sites de Seine-Saint-Denis, un projet de requalification d'entrées secondaires au Parc Forestier de la Poudrerie. Son objectif est de valoriser le parc de manière à permettre un accès facilité aux différents usagers sur un espace déjà fréquenté par plus d'un million de visiteurs chaque année. Or, le Parc Forestier de la Poudrerie est classé, depuis avril 2006, au sein du site Natura 2000 "Zone de Protection Spéciale de Seine-Saint-Denis" (FR1112013).

Dans le cadre de Natura 2000, doivent faire l'objet d'une évaluation d'incidence tous programmes ou travaux, ouvrages ou aménagements de nature à affecter de façon notable les habitats ou les espèces ayant justifié le classement du site en Natura 2000. Par conséquent, l'A.E.V. a sollicité le CORIF pour étudier l'impact de la création d'une entrée au court Saint-Étienne sur les espèces d'Oiseaux d'intérêt communautaire ayant permis le classement du site. La richesse de la zone étudiée réside surtout dans son habitat préservé : la protection de la zone Nature a permis le développement d'un sous-bois dense et d'une bande enherbée, favorables à l'entomofaune. Le projet ne devrait pas avoir d'influences négatives notables, ni sur les espèces déterminantes pour la Z.P.S. de Seine-Saint-Denis (Pic noir et Pic mar), ni sur le reste du peuplement avien. En effet, aucune preuve de nidification n'a été apportée pour le Pic mar. Et le Pic noir n'a pas été contacté lors des inventaires.

De plus, le reste des espèces aviennes notées sont des espèces plutôt généralistes et bien adaptées à la proximité des activités humaines. Ces résultats ne doivent évidemment pas empêcher de minimiser au maximum l'impact des travaux sur la biodiversité, en suivant, par exemple, les différentes préconisations avancées dans ce rapport. Enfin, la création de l'entrée du Court Saint-Étienne et de la coulée verte ne doit, en aucun cas, constituer un appel pour de nouveaux aménagements au sein de la Zone Nature du Parc Forestier de la Poudrerie.

La RNR du Marais de Stors

Marais de Stors

Les inventaires avifaunistiques ont permis de recenser 51 espèces auxquelles s’ajoutent 15 autres espèces provenant d’observations effectuées de manière ponctuelle entre les points d’écoute lors des inventaires protocolaires, ou lors de visites ponctuelles réalisées par des ornithologues bénévoles et ayant saisi leurs données sur le site http://www.faune-iledefrance.org/.
Parmi ces 66 espèces, 12 sont considérées comme patrimoniales selon différents critères utilisés aux échelons européen, national et francilien.
Les caractéristiques écologiques de ces espèces, et de celles, également patrimoniales, observées en 2001, mais non retrouvées 2011, ont été utilisées pour mettre en avant quelques orientations de gestion qui permettront le renforcement de ces populations.
Ainsi, tous les milieux sont concernés : les bois, les phragmitaies, les cariçaies, les pelouses semi-sèches, et les milieux agricoles à proximité directe du marais.
La conservation de l’ensemble de cette mosaïque d’habitats liés les uns aux autres, constitue la richesse de la RNR du marais de Stors.
Aucun habitat ne doit être délaissé au profit d’un autre, sans quoi les échanges avifaunistiques, aujourd’hui nombreux (bois et zones agricoles pour les rapaces, ru et phragmitaie pour les râles, bosquets et milieux humides pour les Rousserolles verderolles et les Bruants des roseaux) seront ralentis, et la richesse de l’ensemble de la réserve pourrait en pâtir.