Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

La primevère officinale

Cette plante est aussi appelé "coucou". Venez la découvrir ici...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
Etudes et Protection

Gestion de sites

> RNR du bassin de la Bièvre

Les actions de protection

> Représentation, actions en justice, enquêtes

Etudes régionales
Île-de-France

> OROC

> Conservation de la Chouette chevêche

> Sites AEV

Etudes par département

> Hauts-de-Seine

> Yvelines

> Paris

> Seine-Saint-Denis

> Seine-et-Marne

> Val-de-Marne

> Val-d'Oise

Les Hauts-de-Seine

Bouvreuil pivoine

Inventaires naturalistes dans la ville de Bagneux

La commune de Bagneux est située au sud-ouest du département des Hauts-de-Seine, au sein de l’agglomération parisienne. Elle est donc très urbanisée et, mis à part le cimetière parisien, au nord de la ville, la commune dispose de peu d’espaces verts. Une visite de terrain, en préalable aux différentes études, a permis de déterminer trois espaces verts potentiellement intéressants :

  • la friche de la Porte-d’en-bas
  • la friche des Trois-mares
  • le parc François-Mitterrand.

Les inventaires ont donc porté sur ces zones. Ils ont permis d’inventorier 910 oiseaux, de 39 taxa différents, une espèce d’amphibien, le Crapaud commun, et une espèce de chauves-souris, la Pipistrelle commune. La majorité des espèces aviennes contactées est sédentaire. Ces espèces forment un cortège typique des espaces verts urbains, similaire entre les trois sites de la zone d’étude. Le peuplement avien est dominé par le Pigeon ramier, la Pie bavarde, le Merle noir, la Fauvette à tête noire et l’Étourneau sansonnet.
Le Crapaud commun, qui s’est reproduit dans la friche des trois mares, et le Bouvreuil pivoine, qui niche probablement dans la friche de la porte d’en bas, sont les seules espèces inventoriées qui peuvent être considérées comme patrimoniales. La diversité spécifique est également conforme à ce qui peut être observé dans des espaces verts urbains où ces espaces « naturels » servent de zones refuges aux espèces sauvages.
La préservation d’une certaine biodiversité urbaine passe donc par la mise en place de mesures de gestion favorables à la biodiversité, en particulier au sein de ces espaces « naturels », mais aussi dans la matrice urbaine environnante.